Interview de Nathalie Namata …

Nathalie Namata

Nathalie Namata

Capteur de Rêve : Bonjour Nathalie , peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour Nathalie, pour faire simple et le plus court possible, j’ai 40 ans, je suis mariée, maman de 3 grands enfants et ma vie est guidée par la passion et le cœur, quel que soit le domaine.

CdeR : Comment es-tu arrivée à la photographie ?
A bien y réfléchir, j’ai toujours aimé la photo mais je m’y suis vraiment investie il y a presque 3 ans maintenant.

CdeR : Comment t’es-tu formée ?
Autodidacte, c’est ce qui me caractérise le mieux. Des heures a essayer mon apn, tester certaines fonctions, prises de vue, appréhender le mode manuel…Mais il faut compter aussi sur l’aide énorme que certains m’ont apporté (les partages entre photographes pro ou non, ça existe!), et la lecture de revues spécialisées, tutoriels…

CdeR : Quel est ton matériel photo fétiche ?
Mon matériel fétiche serait mon boitier, un Canon 600D et deux objectifs, un grand angle et un 50 mm.



CdeR : Peux tu nous commenter la photo que tu as choisi pour illustrer cette interview ? 

Ghost of Lady Web by Nathalie Namata

Ghost of Lady Web by Nathalie Namata


J’ai choisi cette photo car elle représente pour moi un virage important dans ma façon de voir ma passion. Une nouvelle approche photographique me permettant de redonner un peu de vie à ces endroits abandonnés que j’affectionne tant et dans lesquels j’adore me perdre des heures entières en imaginant ce qu’a pu être la vie de ses occupants avant…Cette photo réuni de surcroit tout ce que j’aime, trois des « choses » qui me font avancer dans la vie: ma famille (ici ma fille ainée qui est mon modèle, et mon mari car je ne fais jamais d’exploration sans lui), ma passion pour la photo qui a été en quelques sortes salvatrice pour moi, et les vestiges d’un temps passé, ces endroits abandonnés dont je raffole (non pas pour les accrocher à un prétendu « tableau de chasse », mais pour « vivre » et ressentir…C’est assez inexplicable en fait…)

CdeR : Quels conseils donnerais tu à un jeune photographe ?
Je n’ai pas vraiment de conseils, je ne suis pas experte pour cela mais je lui dirais de prendre son temps! Il ne faut, à mon sens, pas vouloir aller « plus vite que la musique ». J’entends par là qu’il faut en même temps que de découvrir son apn, se découvrir soit même et découvrir les affinités que l’on peut avoir avec tel ou tel autre domaine et tout cela prend du temps!

CdeR : Que recherches-tu à travers cet art / Comment définirais tu aujourd’hui ton travail photographique ?
Ce que je recherche avant tout en photographiant, c’est une forme d’apaisement. C’est un peu comme un exutoire dans lequel je me perds et où je fais abstraction de tout le reste ^_^ C’est aussi le moyen parfois de capturer certaines choses qui me touchent, les portraits de rue par exemple, ceux qui ont une Histoire et qui la partagent un peu avec moi le temps d’un échange.

CdeR : Quels sont les photographes qui t’inspires ?
J’en citerais 3, Robert Doisneau, Henri Cartier Bresson et William Hope.
Le premier, Robert Doisneau, pour son regard sur la vie et les gens. Pour son œuvre en général et sa manière de capturer le bon instant en saisissant et restituant toute l’émotion.
Le second, Henri Cartier Bresson, parce qu’il était un humaniste et pour ces deux citations de lui qui résument la raison pour laquelle j’admire son œuvre et l’homme qu’il était: « S’il n’y a pas d’émotion, s’il n’y a pas un choc , si on ne réagit pas à la sensibilité, on ne doit pas prendre de photo . C’est la photo qui nous prend. » et la seconde  » Il faut mettre sur la même ligne de mire la tête, l’œil et le cœur ».
Le troisième, William Hope, pour des raisons évidentes dont ma série « Au-delà du regard, à la croisée des chemins » s’inspire en quelques sortes ^_^

CdeR : Quelle est ta plus grande source d’inspiration ?
La vie! Et ce même si cela peut paraître paradoxal avec ma série justement…

CdeR : Photographies-tu avec une idée en tête, ou te laisses tu porter par les occasions qui se présentent?
En général j’aime à dire que je fais de la photographie « opportuniste » car c’est essentiellement ce qui me caractérise. J’aime capturer certains instants, certaines choses à un moment T. Mais depuis quelques temps je me tourne aussi vers la réflexion et « la mise en scène » dans le but d’exprimer des choses, des idées…De tenter de faire passer certaines émotions que moi je peux ressentir, tenter de les partager à travers mes photos.

CdeR : Quels sont les logiciels et plug-ins que tu utilises pour retoucher et gérer tes photos?
Photoshop et Lightroom 5 sont devenus pour moi indissociables même si j’essaie de ne pas retoucher mes photos. En général je me contente de redresser, ajuster une luminosité, un contraste. Mais une fois encore, depuis peu, j’essaie de modifier l’ambiance de l’image et utilisant diverses fonctions que je découvre.

CdeR : Y a-t-il une technique particulière que tu veux ou peux partager?
Très sincèrement non. Je ne peux parler de technique, je n’en n’ai pas suffisamment, et celle que j’utilise pour ma série, tu comprendras que je ne souhaites pas vraiment l’expliquer (même si beaucoup d’autres l’utilisent aussi ^_^ )

CdeR :  Merci Nathalie. Je suis Fan de ton travail ))

Liens de Nathalie Namata –>

FaceBook

FaceBook Photographie

Site photos

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s