Interview d’Alexis Maillard

Portrait de Alexis Maillard

Portrait de Alexis Maillard

Capteur de Rêve : Bonjour Alexis,  peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour Nath !

En quelques mots : Alexis, 24 ans dans quelques jours, né et habitant dans la région Lyonnaise. Passionné de nature depuis toujours !

CdeR : Comment es-tu arrivé à la photographie ?

J’ai poussé la porte de ce monde merveilleux avec une idée bien précise en tête : capturer la foudre en photo. Ma fascination pour les orages a commencé il y a près de 15 ans maintenant : avec la démocratisation de la télévisons par satellite au début des années 2000, des chaînes comme Discovery  Channel sont devenues accessibles. Et avec elle, les premiers reportages sur les chasseurs de tornades aux USA. Ma vision des orages a alors changé à ce moment là : la peur a laissé place à l’émerveillement, tout particulièrement pour la foudre. J’ai alors découvert le site www.chasseurs-orages.com, il existait des chasseurs d’orages en France ! Après avoir lu les dossiers sur les techniques et réglages pour capturer la foudre, tout s’est emmêlé dans ma tête et c’est avec un immense coup de bol que je réussi ma première photo de foudre en 2004, lors d’un petit orage orographique estival au fin fond d’une vallée Corse. Ça a été le déclic : je voulais à tout prix réussir à nouveau, et après mon premier job d’été en 2008, je m’offre mon premier reflex numérique pour partir chasser les orages …

Beaucoup de chemin parcouru depuis, mais l’appétit photographique pour les orages est plus fort que jamais !

CdeR : Comment t’es-tu formé ?

J’ai réalisé ma formation théorique sur internet, les différents sites et forums étaient (et sont toujours) une mine d’informations et d’explications !

Mais le meilleur moyen d’apprendre c’est encore de pratiquer et c’est au fil des heures passées sur le terrain, à souvent déclencher pour rien, que l’on progresse. Le regards et la critique constructive des autres sont très important : les forums sur internet m’ont permis et me permettent toujours de progresser.

CdeR : Quel est ton matériel photo fétiche ?

Il y a le matériel que je rêverais d’avoir, et le matériel de la vraie vie ! :p

J’apprécie tout particulièrement de travailler avec des focales fixes, elles permettent de mieux soigner son approche, cadrage et composition. Pour les orages c’est souvent « rock ‘n’roll », quand il faut changer 3 fois d’objectifs en 5min sous la pluie, le vent, avec le parapluie sous le coude … Mais la qualité d’image est toujours au rendez-vous !

En photographie animalière, j’adore mon 300mm : le Nikkor AF-S 300mm F/4D IF-ED. Léger, maniable, lumineux et très piqué dès la pleine ouverture, c’est un régal ! Utilisé avec mon D300s, il cadre comme un 450mm grâce au capteur APS-C, c’est assez confortable même si on est jamais trop long pour la photo animalière … Je rêve toujours d’un 400mm f/2.8, 500mm f/4 ou 600mm f/4, en espérant avoir le budget pour un jour !

CdeR : Que recherches-tu à travers cet art / Comment définirais tu aujourd’hui ton travail photographique ?

J’essaie de me faire le simple témoin de la nature. J’essaie de montrer ce qu’elle a de beau, de vivant, de fort, de doux et de violent parfois. Beaucoup de personnes ne font pas attention à tout cela, et j’ai pu le constater lors de mes premières expos photo : elles n’en revenais pas de savoir que tel cliché de nuage d’orage ou que tel espèce d’oiseau avaient été pris juste à coté de chez eux.

CdeR : Peux tu nous commenter la photos que tu as choisi pour illustrer cette interview ?

J’ai choisi cette photo car elle illustre l’une des belles facettes de la photographie de nature : lors qu’on y croit jusqu’au bout, la nature sait nous récompenser.

Photo de la Foudre by Alexis Maillard

Foudre by Alexis Maillard

Cette journée orageuse avait été bien terne : 02 Mai, au début de la saison, c’est rarement à cette période que l’on a les plus beaux spectacles orageux. Après plusieurs petites cellules orageuses sans intérêt, nous étions prêt à renter chez nous. En voyant arriver une dernière cellule mourante, nous avions pris la décision de changer de point de vue, au cas ou … Résultat : ce fût une des plus belles soirées orageuses de 2013 au dessus de Lyon, avec en prime cet impact tombant au pied de la colline de Fourvière !

CdeR : Quels conseils donnerais tu à un jeune photographe ?

Ne surtout pas commencer avec des préjugés sur telle ou telle marque : la photo, c’est avant tout de fruit de la personne derrière le viseur, le matériel ne fait pas tout !

Un peu de lecture techniques pour les réglages, pour les règles de composition de l’image et en avant : aller sur le terrain, shooter, shooter et encore shooter, il n’y a que ça de vrai !

Et ne pas avoir peur de confronter ces clichés au regard des autres, c’est le meilleur moyen de progresser.

CdeR : Quels sont les photographes qui t’ inspires ?

Je n’ai pas de grands noms de la photo à sortir. Même si j’en connais quelques-uns, les photographes qui m’inspirent sont avant tout ces dizaines de photographes aussi talentueux qu’anonymes, avec lesquels j’échange sur les forums. Certains sont même devenus des collègues de sortie et des amis avec le temps …

CdeR : Quelle est ta plus grande source d’inspiration ?

Ce qui me faire dire à chaque fois que j’aurai du prendre mon appareil : le levé de soleil.
C’est tout les jours, toujours grandiose, et jamais pareil d’une journée à l’autre !

CdeR : Photographies-tu avec une idée en tête, ou te laisses tu  porter par les occasions qui se présentent?

Un peu des deux : bien souvent il y a une idée en tête, et une fois sur place je prends ce qui ce présente. C’est un aspect de la photographie de nature, on n’est jamais maître de notre sujet. Et c’est d’autant plus vrai avec la photo de foudre : impossible de prédire où elle va frapper ! Alors même si on espère bien souvent un point de chute précis, un cloché d’église par exemple, il faut faire avec ce qu’elle décide.

CdeR : Quels sont les logiciels et plug-ins que tu utilises pour retoucher et gérer tes photos?

Pour traiter mes fichiers Raw j’utilise Aperture, auquel je viens récemment d’ajouter DxO Optics Pro.
Pour générer mes fichiers à publier sur le web je passe par BorderMarker.

CdeR : Y a-t-il une technique particulière que tu veux ou peux partager? 

J’ai récemment essayé le DRI, que l’on pourrait résumer par le HDR tout manuel : les résultats sont impressionnants !
Il faut prendre le temps de bien le faire, tant à la prise de vue que durant le traitement.
Voici le tutoriel qui m’a initié : http://www.alphadxd.fr/viewtopic.php?f=11&t=90469

CdeR : As-tu des artistes que tu aimes plus particulièrement et qui auraient influencés ton approche de la photo ?

Pour la photographie de foudre et d’orages il a quelques noms qui continuent de m’inspirer, je vous conseille d’aller jeter un coup d’œil sur ce qu’ils font :

CdeR : Merci Alexis
Découvrez le travail d’Alexis sur ses différents sites :
Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s